test

  • Village de Saint-Laurent d'AigouzeLe village fut fondé au V-VIème siècle par des Wisigoths. Puis de nombreux prêtres ont parcouru ces terres afin d’en convertir la population. Etablie sur un territoire appartenant à l’abbaye de Psalmodi, la communauté de Saint-Laurent ne possède rien en nom propre jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

    Ses premiers habitants sédentaires étaient venus s’implanter durant la première moitié du XIe siècle, appelés par les moines pour cultiver les terres. En échange de la remise des récoltes, ils avaient le droit de chasse, de pêche et de pâturage dans les marais et les herbages.

    Au XVIème siècle, les guerres de religion furent particulièrement violentes dans le pays. En 1562, les protestants devinrent majoritaires dans le village.

    En 1870, le phylloxéra ravagea tout. Pour venir à bout de cette endémie, le vignoble fut entièrement replanté, avec les vignes submergées. Au début du XXème siècle, d’immenses étendues de plantations nouvelles dans la partie boisée et sablonneuse du territoire voient le jour, les dunes sont nivelées, ce qui fit entrevoir pour cette région autrefois inculte et délaissée, un avenir de grande prospérité. Aujourd’hui, cela donne le fameux « vin des sables ».

    Haut lieu de la course camarguaise, le village s’anime chaque semaine en saison et chaque jour de sa fête votive. Vous découvrirez des festivités taurines traditionnelles: courses camarguaises, abrivado, bandido, ferrades…
    Les Saint-Laurentais ont su conserver à leur village « une âme », une authenticité reposant sur ses traditions et ses coutumes.

  • tour patelageA 6 km de Saint-Laurent d’Aigouze, sur l’ancienne route d’Aigues-Mortes, surgit au milieu des marais une imposante Tour carrée, construite selon la volonté du roi Louis IX (Saint Louis), en même temps que les remparts d’Aigues Mortes.

    Au XIIIème siècle cette Tour était un avant-poste de la Tour de Constance.

    Comme l’atteste l’intense activité de la cheminée du 1er étage, une garnison y était postée en permanence et les soldats de guet pouvaient surveiller ainsi l’arrivée des envahisseurs.

    Cette Tour était l’unique chemin terrestre pour se rendre à la cité d’Aigues-Mortes et aux salins. Les abbés de Psalmodi, une importante abbaye toute proche, propriétaires des lieux, avaient institué le paiement d’une taxe, « l’octroi », qui consistait à payer pour traverser la Tour.

    L’architecture du rez-de-chaussée et des deux salles présente des belles croisées d’ogives.

    Aujourd’hui les abbés de Psalmodi seraient surpris de la destinée de la Tour devenue un observatoire avec une vue imprenable sur toute la région : du Mont Ventoux au Pic-St-Loup. Les marais alentours, véritable havre de paix, sont devenus le royaume des aigrettes garzettes, hérons cendrés, poules d’eau, ragondins et bien d’autres espèces d’oiseaux et de mammifères. Ici, paissent tranquillement les chevaux et les taureaux Camargue.

     Tour Carbonnière – Ancienne route d’Aigues-Mortes
    Entrée libre et sentier de découverte dans le marais alentour
    Ouvert toute l’année, tous les jours, 24h/24
    Renseignements Office du Tourisme – 04.66.88.17.00.

  • Eglise et torilVictime des luttes interconfessionnelles récurrentes et des ravages du temps, sa composition actuelle résulte d’une succession de travaux échelonnés sur trois époques : l’abside au XVIème siècle, le chœur et la nef au début du XVIIème, le clocher et la sacristie fin XVIIème (1693), ces deux derniers éléments furent élaborés par l’architecte Daviler. Elle fut incendiée par les Camisards en 1703. Aujourd’hui, des travaux de consolidation ont été entrepris.

    Du côté des arènes, on aperçoit le toril appuyé contre la sacristie. Sa construction a été confiée en 1920 au maître maçon Ludovic Trouchaud. Cette construction est unique en Europe, elle est classée aux monuments historiques, tout comme la piste.

     Messe le 1er, 3ème et 5ème dimanche du mois à 9h30
    Tous les mercredis à 8h30
    Renseignements au 04.66.53.35.36
    Email: catholiques.en.psalmodi@orange.fr
    Restauration de l’église en cours.

  • Destiné à remplacer un bâtiment vétuste, insuffisant pour contenir l’importante communauté protestante, le projet fut approuvé par délibération du 25 pluviôse an XI, soit le 14 février 1803, confirmée le 24 janvier 1819 par une dotation publique de 25 000 francs, complétée par une importante contribution des fidèles.

    Le bâtiment, à la façade néo-classique, d’un type courant dans la région, est composé d’une nef à un seul vaisseau et d’une abside semi-circulaire ouvrant par un arc en plein-cintre.

    A l’extérieur, sur les façades latérales, des contreforts encadrent des baies donnant le jour à la nef.

     Eglise Protestante Unie de France
    Culte le 2ème et 4ème dimanche à 11h d’Avril en Octobre
    Renseignements – Le pasteur 04.67.50.72.76.

  • Situé à quelques lieux d’Aigues-Mortes mais sur le territoire de la commune de Saint-Laurent-d’Aigouze, le fort est un endroit chargé d’histoire.

    Selon la légende, le nom de Peccais, viendrait de Peccatius, ingénieur romain inventeur des premières techniques d’exploitation du sel.

    Au cours des deux derniers millénaires, des quantités phénoménales de sel ont été récoltées à Peccais puis dans d’autres salins plus près de la ville.

    C’est en 1598 que fut construit le célèbre Fort de Peccais afin de protéger les salines et les canaux où l’on transportait le sel si précieux.

    Il a aussi servi pour lutter contre les pirates venus de la mer pour piller la Camargue. De nombreux combats ont eu lieu pour s’emparer du fort, surtout à l’époque des guerres de religion. Il fut reconstruit dans les années 1630 puis agrandi. Il ressemble aux fortifications de Vauban.

     

    Chemin de balade jusqu’au site cependant l’accès du fort est fermé au public.
    Renseignements Office du Tourisme – 04.66.88.17.00.